maisons atypiques

Grâce au renouveau écologique, la conception de l’habitat a profondément évolué. Les maisons atypiques en accord avec l’environnement ont de plus en plus de succès. Ces habitats ne sont pas forcément dessinés selon des configurations bizarres. Ils sont simplement pleins de caractères et d’originalité. Dans la catégorie des maisons atypiques, voici les cinq modèles les plus adoptés.

La maison container

Les containers servant au transport maritime étaient déjà utilisés pour abriter des logements ou des laboratoires temporaires dans les régions aux climats difficiles. Dès les années quatre-vingt-dix, les particuliers se sont emparés du concept pour obtenir des logements économiques. En effet, l’un des avantages importants de ce type d’habitation est son faible coût. Les containers usagés ou neufs sont achetés chez des sociétés maritimes. Ils sont ensuite aménagés avec peu d’investissements financiers.

Ainsi, les maisons containers ont également l’avantage d’être faciles à installer et à déplacer. Elles sont disponibles en plusieurs dimensions. Alors pour les personnaliser, le champ des possibilités est assez large.

Par ailleurs, ces boîtes métalliques subissent un traitement anti-corrosif les rendant étanches à l’eau et au feu. Ce concept est alors écologique, car il limite la perte d’énergie dans les habitats et participe au recyclage des containers. Le seul inconvénient remarquable de ce concept réside dans les dimensions intérieures des containers. Elles donnent l’impression d’un espace réduit surtout lorsqu’on rajoute une isolation intérieure.

La tiny house

La tiny house est une petite maison, mais sa particularité est qu’elle est installée sur des roues. Le concept est né dans les années 2000 en s’inspirant des roulottes. Il allie donc la mobilité et la sensation de liberté de mode de vie avec la durabilité d’une maison classique. Les systèmes d’évacuation des eaux usées sont comparables à ceux d’un mobil-home.

Cependant, tous les modèles de tiny house ne sont pas mobiles, car certains sont fixes. Ceux qui sont transportables peuvent être tractés par camionnette à une vitesse maximale de 110 km/h.

Ces logements sont souvent construits en bois pour une superficie au sol entre 10 et 40 m². Le coût peut varier entre 23 000 et 30 000 euros selon les dimensions du modèle et le matériel utilisé. Le concept est donc écologiquedurable et économique. De plus, un permis de construire n’est pas nécessaire pour installer une tiny house.

En revanche, les tiny house offrent peu d’espace et il faut être prêt à adapter son style de vie à cette petite contrainte. On est loin de la grande maison familiale, mais plutôt proche d’un petit logement pour couple ou pour célibataire.

Les maisons troglodytiques

C’est un logement directement creusé dans une roche de type calcairegrès ou volcanique. Il ne s’agit pas seulement des cavernes datant du néolithique, car le concept a extrêmement évolué. Les habitats troglodytiques sont aujourd’hui plus modernes avec du confort, du cachet et des styles originaux loin du mode de vie primitif.

Les logements troglodytiques sont répandus partout dans le monde. Ils sont surtout considérés comme écologiques, car ils nécessitent peu de climatisation ou de chauffage grâce à la température qui est assez stable.

Ce type d’habitation demande beaucoup d’aménagements puisqu’il faut prévoir des puits de lumière lorsque la maison est souterraine. Il faut également prendre des dispositions pour limiter les éboulements.

Malgré ces contraintes, les maisons troglodytiques sont de plus en plus appréciées. En France, leur achat est soumis à des réglementations très strictes.

L écoquille

C’est une écoconstruction en bois fournie en kit. Elle est souvent de forme arrondie avec des dimensions variables. La superficie est souvent fixée entre 10 et 150 m². Une fois livrée et assemblée, toute l’architecture repose sur des pilotis

Les écoquilles sont conçues à partir de matériaux recyclés, renouvelables et biosourcés. Ces constituants participent au côté éco-responsable de ces logements. Ils permettent également d’avoir de la solidité, de la résistance aux intempéries et une bonne isolation phonique et thermique.

L’écoquille est adaptée aux budgets les plus réduits. Selon le modèle, un kit peut valoir entre 1 000 et 1 600 euros par mètre carré. Toutefois, si vous n’avez aucune expérience en la matière, il faudra prévoir une main-d’œuvre supplémentaire pour l’assemblage des pièces de la maison.

La cabane perchée

maison dans la forêt - cabane en bois

C’est le terme employé usuellement pour désigner des habitats en bois installés au sommet des arbres. Par conséquent, il existe plusieurs types de cabane perchée avec autant de formes, de dimensions et de styles. Les formes vont de l’ovoïde à la cubique en passant par la conique et la pyramide.

Outre le bois massif, les logements sont aussi constitués d’ossatures en zinc ou en acier et de base en aluminium. Ces matériaux sont choisis pour limiter la perte d’énergie. Les cabanes sont maintenues en suspension avec des câbles ou directement installées au creux des branches.

Pour certains modèles, l’alimentation électrique est assurée par des panneaux solaires. Les déchets sont évacués par des canalisations et sont utilisés pour faire du compost.

Pour vivre de façon permanente dans ces cabanes, il faut évidemment faire quelques concessions concernant le mode de vie.

Ces maisons atypiques répondent évidemment aux préoccupations écologiques du moment. Elles demandent aussi une certaine adaptation pour y vivre de façon permanente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *