Quelques clés pour bien gérer son Plan Épargne Logement

Avant de penser à acheter un bien immobilier, il est nécessaire de penser à son budget et à ce que l’on a réussi à épargner. Le Plan Épargne Logement ou PEL est un produit d’épargne bloqué et qui génère des intérêts tout au long de la phase d’épargne. Une fois ce compte ouvert, les épargnants doivent respecter les différentes opérations et conditions du PEL afin de profiter pleinement de ses avantages.

L’utilité du Plan Épargne Logement

Le Plan Épargne Logement est conçu pour que les particuliers puissent faire ultérieurement un prêt épargne logement. Ces derniers auront, en effet, la possibilité de faire cette opération, 4 ans après l’ouverture du compte. Ils pourront ainsi obtenir un crédit immobilier d’un taux de 2,20 % environ et avec un plafond de 92 000 euros. À cela s’ajoute également une prime d’État qui n’excède pas les 1 525 euros. Cela dit, tous ces avantages sont offerts à ceux qui ouvrent leur compte PEL avant le 1er janvier 2018.

Vu que les souscripteurs du PEL peuvent utiliser leur argent sur ce compte à leurs guises, il est tout à fait possible de réaliser un autre projet, et ce, à partir de la totalité d’un capital sur un PEL. Les épargnants pourront, par exemple, faire de la construction ou des travaux de rénovation dans leur résidence principale. Bien que la prime d’État ne soit pas versée, dans ce cas-ci, les intérêts seront toujours perçus après 4 ans de détention du PEL.

Ne pas faire de retrait d’argent avant l’échéance

Le Plan Épargne Logement risque d’être fermé si les souscripteurs effectuent un retrait d’argent avant les quatre premières années qui suivent l’ouverture du compte. De plus, cette opération peut entrainer des pénalités comme la perte des droits à prêts, de la prime d’État ou d’autres avantages.

Ne pas laisser dormir son compte PEL

S’il y a une chose à savoir sur un Plan Épargne Logement, c’est qu’il ne faut jamais laisser dormir ce compte trop longtemps. Effectivement, un PEL qui dure plus de 15 ans sera converti automatiquement en livret d’épargne classique en fonction des critères imposés par la banque elle-même. Ce risque provoque ainsi la perte du prêt immobilier et de la prime versée par l’État. Par ailleurs, il faut noter qu’après 10 ans de détention du PEL sans retrait d’argent, il n’est plus possible d’effectuer un versement.

Tout particulier, même mineur ou étranger peut être titulaire d’un plan épargne logement.Toutefois, la loi n’autorise qu’un seul PEL par individu. Ainsi, pour pouvoir augmenter le montant du prêt au terme de la phase d’épargne, vous pouvez ouvrir un compte pour chaque membre de votre famille.

En outre, être titulaire d’un Compte épargne logement ou CEL ne vous empêche pas de souscrire à un plan épargne logement. En revanche, ces deux comptes doivent être ouverts dans un même établissement bancaire.

La souscription à un plan épargne logement est très simple et gratuite. Il vous suffit de signer un contrat écrit avec la banque de votre choix et de faire un premier versement supérieur ou égal à 225 €. Ensuite, vous devez alimenter votre compte d’au moins 45 € par mois, 135 € tous les trois mois ou 270 € par semestre.Chaque année donc, vous devez enregistrer un dépôt minimum de 540 €. Vous pouvez faire des versements exceptionnels, mais cela ne doit pas dépasser 61 200 €, hors intérêts capitalisés.

Le transfert d’un PEL depuis une banque à une autre

Pour aider les épargnants à mieux gérer leur compte Plan Épargne Logement, il est désormais possible de procéder à diverses opérations, à savoir le transfert de son PEL depuis un établissement bancaire à un autre. Au cours de cette procédure, les titulaires du compte ne doivent pas clôturer leur PEL afin de pouvoir continuer à profiter de tous les avantages. Ils ne doivent pas non plus ouvrir un nouveau compte PEL, car une personne ne doit détenir qu’un seul PEL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *