L’attrape-rêves , également connu sous le nom de capteur de rêves, vient du mot anglais dreamcatcher , bien que l’origine de ce type d’amulette se trouve dans la tribu indigène nord-américaine des Ojibwa, qui dans leur langue l’ appellent asabikeshiinh , ce qui signifie araignée.

Comme nous allons le découvrir, ce nom provient d’une ancienne légende qui trouve sa source dans la tribu des Objiwa, tribu Amérindienne, encore établie à la frontière Nord-Est du Canada et qui y est établie depuis plusieurs millénnaires.

Une ancienne légende

À ses débuts, l’attrape-rêve était fabriqué en attachant des brins végétaux teints en rouge à l’intérieur d’un anneau circulaire qui pouvait aussi avoir une forme de larme. Le résultat était une sorte de toile d’araignée qui était placée juste au-dessus du lit, en général placée juste au dessus de la tête de lit.

Aujourd’hui, ceux qui sont proposés en ligne sont fait à partir de matériaux plus modernes, généralement en osier, en fils et en plumes. Et leur qualité est plus durable, permettant de les conserver pendant de longues années. Faits mains, ils ne perdent en rien leur aspect originel et subliment un intérieur comme peu d’objets décoratifs en sont capables.

Les Ojibwa sont convaincus que grâce aux capteurs de rêves, les enfants sont à l’abri des cauchemars, Ils les ont utilisés et continuent de les utiliser comme une sorte de bouclier protecteur pour filtrer les rêves des gens afin qu’ils ne se concentrent que sur les bons rêves, car les mauvais sont piégés dans le maillage et disparaissent au moment où le soleil commence à briller et à les transpercer de sa lumière.

La raison pour laquelle une toile est présente dans le cercle pour capturer les cauchemars a aussi son explication. Tout a commencé lorsqu’une femme araignée nommée Asibikaashi a protégé tous les enfants des Ojibwa en visitant toutes les maisons de la tribu à la tombée de la nuit pour tisser les capteurs de rêves . 

La nouvelle s’est répandue dans une grande partie de l’Amérique du Nord et Asibikaashi n’a pas pu atteindre toutes les maisons, c’est pourquoi les mères et les grands-mères ojibwa ont commencé à tisser les fils de saule avec lesquels elles ont obtenu une toile très similaire.

Tout ce que vous venez de lire est susceptible d’être un peu étrange si vous n’aviez jamais entendue la légende de cet objet décoratif. En effet, dans la culture occidentale, ce que dit la légende n’a pas été pris au pied de la lettre. 

En Occident, nous avons tendance à croire que grâce à eux, nous pourrons toujours avoir proche de nous un objet nous rappellant nos objectifs et nos aspirations, il devient donc plus une amulette symbolique qu’un objet protecteur.

Certaines personnes se font même tatouer un attrape-rêve pour symboliser leur rêves, comme c’est le cas pour Miley Cyrus.

Capteurs de rêves et décoration

Ce n’est un secret pour personne qu’ils sont également utilisés pour décorer. En plus de prendre en compte leurs symboles lors de leur achat, les gens les utilisent souvent pour compléter une chambre conjugale ou une chambre d’enfants, bien que nous puissions également les utiliser dans d’autres pièces, soit suspendus au plafond, soit au mur.

Un attrape-rêves peut être une sorte d’œuvre d’art pour décorer le mur du salon, mais il peut aussi être placé juste au-dessus de la tête de lit ou suspendu au plafond dans la chambre d’un bébé, comme un mobile pour divertir (et comme une étape pour chasser vos cauchemars).

Grâce à eux, nous pouvons remplir n’importe quel espace de chaleur en ajoutant une touche bohème. Ils sont disponibles dans toutes sortes de tailles, de tissus et de couleurs. N’oubliez pas non plus qu’ils sont faits à la main, c’est quelque chose qui est toujours apprécié.

Il est de plus possible d’en trouver de toutes les couleurs et de toutes les tailles ainsi que de différents motifs pour que vous puissiez en trouver un qui s’accorde à votre personnalité mais aussi à la taille ou à l’apparence de votre intérieur.

Sachez également qu’il n’existe pas seulement que des modèles Amérindiens mais aussi des modèles macramés, ainsi que d’autres destinés aux enfants, généralement imprégnés de motifs comme des licornes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *